Psy, le complexe de Dieu

Tous les psy, d’un extrême à l’autre, qu’ils disposent d’un diplôme de niveau bac+10, ou qu’ils se prétendent psychanalystes sans le moindre diplôme, sont susceptibles peu à peu de se convaincre (ou d’être ainsi à l’origine) qu’ils peuvent guérir tout le monde et comprendre chaque chose mieux que quiconque. L’auto-satisfaction, l’égocentrisme, la prétention, l’orgueil, le nombrilisme parfois conjugués à de la manipulation risquent de les faire sombrer dans le complexe de Dieu.

Selon Wikipedia, « le complexe de Dieu (God complex) est un terme non-clinique généralement utilisé pour décrire une personne qui croit qu’il peut accomplir plus que ce qui est humainement possible et que son opinion est automatiquement supérieure à celle de ceux qui  sont en désaccord avec lui, ici ses patients et ses confrères.
L’individu peut croire qu’il ou elle est au-dessus des règles de la société et devrait bénéficier de  considération spéciales ou de privilèges. »

« Il est à rapprocher du Trouble de la Personnalité Narcissique (Narcissistic Personality Disorder (NPD)) qui est un trouble de la personnalité défini par le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, le système de classification de diagnostic utilisés aux États-Unis et largement accepté en Europe, comme un modèle dominant de mégalomanie, d’un besoin d’être admiré et d’un manque d’empathie. »

Le pouvoir absolu et la supériorité dont croit disposer la personne peut la conduire à la folie, de la simple manipulation au viol ou l’abus sexuel le plus souvent, dans les cas les plus graves.

C’est pourquoi il faut vous méfier des psy qui pensent avoir nécessairement raison, qui ne vous écoutent pas assez ou font preuve de condescendance. Le mot d’ordre doit être HUMILITE, conjugué à l’écoute pleine et entière du patient. La psychothérapie, puisqu’il n’existe aucune preuve qu’elle « guérisse » les maux « intérieurs », se base avant tout sur le fait de parler de soi, de ses problèmes, pleurer, crier etc. C’est vous qui devez parler et c’est en parlant que vous aurez une chance d’aller mieux. Les conseils des psy doivent rester des conseils et non des ordres. Vous êtes libres de choisir de les suivre ou non.

Publicités

4 commentaires sur “Psy, le complexe de Dieu

  1. Jean dit :

    Bonjour,
    Cet article sur le complexe de Dieu m’a beaucoup intéressé parce qu’il évoque notre histoire (à mon épouse et moi-même), l’histoire d’une psychothérapie qui se termine mal entre la psychologue et nous ! Votre site est-il toujours animé ? Trouverais-je des réponses en exposant notre expérience ?
    Merci pour votre aide.

    • hugosylvestre dit :

      Bonjour Jean,
      Le blog est toujours animé, mais certes plus rarement. On n’a malheureusement pas toujours autant de temps qu’on le souhaiterait. Néanmoins, vous y trouverez toujours une réponse, que ce soit la mienne ou celle des personnes qui passent sur le site pour trouver une information! Les psychothérapies qui se terminent mal et les conséquences que cela engendrent ne sont pas à prendre à la légère. C’est un scénario qui se répète trop souvent et dont on minimise beaucoup trop l’impact par la suite. Quand on se sent mal et que cela se traduit physiquement, la réponse des médecins (généralistes ou spécialistes) est bien souvent « Faites une thérapie! ». Mais lorsqu’on explique qu’après plusieurs expériences décevantes voire traumatisantes, la seule idée de rencontrer un psy nous cause un réel stress, on nous regarde comme si on exagérait ou comme si on avait décidé de taxer tous les psy d' »incompétents », alors qu’il n’en est rien… Le problème est plus profond. Et c’est là qu’il est bien et rassurant de pouvoir partager son expérience. Vous êtes bienvenu sur ce site! Au plaisir de vous lire!
      Bien cordialement.
      Hugo Sylvestre, collaborateur Faux Psycho.

  2. mlimayrac dit :

    Complexe de Dieu et pire encore…

    Bonjour,
    je me suis rendue malheureusement compte que cela existe.
    Après avoir lu un livre très bien qui avait permis à mon ami de se rendre compte enfin de son problème qui pourrissait notre couple, nous avons décidé de nous adresser à son auteur, pour demander de l’aide. Mal m’en a pris.

    Après un premier rendez-vous informel, elle a voulu nos voir séparément (d’abord moi) mais pas avec de vraies consultations (chouette, une personne altruiste !)
    En fait, elle passait son temps à parler d’elle, à se vanter que sa théorie et son point de vue étaient les meilleurs, se plaindre de ne pas être assez reconnue. Mais aussi à se plaindre d’être célibataire, tout en se vantant d’être irrésistible pour les hommes. Je n’avais jamais rencontré un tel moulin à paroles ni un tel nombrilisme de toute ma vie. (mais bon elle a son doctorat, alors on écoute)

    Elle m’a annoncé qu’elle refusait de nous voir en couple, prétextant que nous n’étions pas un vrai couple (car nous ne vivons pas ensemble à temps plein), m’a poussé rapidement à quitter mon ami (c’était mieux pour moi) car il me manipulait, que de toute façon elle en avait pour au moins deux ans avec lui et que s’il guérissait il serait encore plus odieux avec moi, etc. Et comme je montrais de l’hésitation et que je commençais à douter d’elle, elle a fini par devenir insistante, tenté de me persuadé cette fois que c’était mieux pour lui), me dire qu’il avait besoin d’une maitresse et pas d’une relation suivie qui le minait et le rendait aussi agressif (tout cela sans avoir commencé à le voir seul !), puis à m’humilier, et même me faire pleurer et me crier dessus (!!??), me dire que c’était moi la manipulatrice dans le couple. J’ai commencé à avoir sérieusement peur. Lorsque j’ai prévenu mon ami, il n’a pas dû me prendre au sérieux puisque lorsqu’elle l’a contacté pour lui proposer de venir la voir sans me le dire, il y est allé, persuadé qu’elle pourrait l’aider. Il me raconta par la suite qu’elle l’avait dragué de manière très outrancière et vulgaire, qu’elle avait passé son temps à me dénigrer, me critiquer et lui disant à son tour que j’étais une manipulatrice… Premier rdv, il a tenté de la calmer, elle s’est excusée, 2ème rdv, rebelotte ! Il est parti, traumatisé et ça l’a rendu impuissant pendant 15 jours !! (Dieu et castratrice!). Lorsque j’ai appris cela, je lui ai écrit. Elle m’a répondu que c’était lui qui lui avait sauté dessus et qu’elle n’y avait « vu aucune objection » puisqu’elle pensait que j’avais écouté ses conseils et donc quitté mon ami…(bonjour le professionnalisme !). Elle se montra scandalisé et se plaignit d’être « tombée dans un piège ». Depuis mon ami ne veut plus entendre parler d’elle et elle continue de lui écrire…
    De notre point de vue, c’est elle qui a tenté de nous piéger et de nous manipuler.
    Et pourtant, elle a un doctorat. Je ne sais même pas comment c’est possible que des gens comme ça pratiquent. Un vrai Psy peut être au moins aussi dangereux qu’un faux.
    Je suis tombée sur ce site justement en cherchant à savoir ce qu’il y a moyen de faire contre ça.

    Quand les Psy sont plus cinglés que les patients, comment les empêcher de nuire ?

    • hugosylvestre dit :

      Bonjour Mlimayrac,
      Merci pour votre témoignage qui est vraiment effrayant. Il est heureux que votre couple ait survécu à cette expérience, car ce n’est pas toujours le cas, malheureusement. Certaines personnes prennent plaisir à détruire la vie d’autrui et le métier de thérapeute est un moyen simplifié d’y parvenir. Vous n’imaginez pas le nombre de pseudo-thérapeutes qui se servent de leur cabinet comme lieu de prostitution, par exemple. Une fois encore, c’est ce genre de personnes qui font du tort au métier, car après avoir vécu une telle expérience, il est difficile de s’adresser à un autre thérapeute et de lui accorder sa confiance. Notez aussi qu’aujourd’hui, il est vraiment très simple d’écrire un livre et de l’auto-éditer. Un livre n’est pas un gage du professionnalisme de l’auteur. Après, comme vous le dites, un vrai psy peut parfaitement être aussi dévastateur qu’un faux… Tout dépend de la personne. Il est à espérer que le fait de passer par de vraies études pour obtenir un diplôme est un parcours long qui prouve la motivation du thérapeute. Ceux qui se lancent juste dans le but de détruire des vies en se faisant de l’argent auront sans doute moins envie d’avoir un diplôme pour se lancer dans le métier. Bref, le diplôme permet de faire un premier tri mais n’est pas un gage de tomber sur quelqu’un de bien pour autant.
      Que faire? Êtes-vous certaine qu’elle a bien un doctorat? Car c’est un moyen d’action pour lutter contre elle. Si vous avez des doutes, l’ARS de votre région peut vous renseigner. Après, l’ARS est globalement assez à l’écoute de ce genre de situations. Il vous est possible de les contacter, de leur expliquer ce que vous avez vécu et de leur demander si vous avez un moyen d’agir, ou si eux peuvent faire quelque chose. Ils sont l’autorité compétente en cas de déviance et de manipulation. Tenez-nous au courant si vous le souhaitez!
      Bonne continuation et bon courage!
      Bien cordialement,
      Hugo Sylvestre, collaborateur Faux Psycho.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s